Abdoulahi : Un nom, un destin

Par Seydina Issa Laye DIOP

 

Baye Abdoulahi 1

Seydina Abdoulahi Thiaw Lahi, le cinquième Khalif de l’Imam Mahdi est né le 26 octobre 1926. Il a su organiser très tôt les fidèles de la communauté. En mettant en place des Dahiras mais aussi en animant les soirées religieuses  partout au Sénégal.

 

En avril 2001, à la disparition de Seydina Mame Alassane Thiaw Lahi, Seydina Abdoulahi Thiaw Lahi devient le cinquième Khalif de l’Imam Mahdi.

Auparavant, Baye Abdoulahi, comme certains l’appellent affectueusement, a été le porte-parole des différents khalifs qui se sont succédé à la tête de la communauté depuis le rappel à Dieu de son père le Messie (PSL).

La particularité de Baye Abdoulahi est qu’il a été annoncé par son grand-père, l’Imam Mahdi (PSL). En effet, le saint maître Seydina Limamou Lahi avait annoncé son nom bien avant sa naissance. il avait dit : « il s’appellera Abdoulaye parmi les Abdoulaye… et lorsque sa taille atteindra la hauteur d’une porte mon nom sera connu et ma mission sera largement répandue ».

A sa naissance, l’émissaire Abdoulaye Seck en informa son père Seydina Issa Rouhou Lahi(PSL) en disant : " Sokhna NGane Diop diour na domja ". C’est ainsi que le nom de Abdoulahi qui signifie "Serviteur de Dieu" lui fut donné.

Son père le forma d’abord spirituellement  avant de l’envoyer étudier l’enseignement coranique et les sciences mystiques dans plusieurs Daaras. Parmi ses maîtres, citons l’Imam Mamadou Wade de Cambérène, El Hadji Tidiane Niang de Saint Louis, Omar Kane du quartier Diécko à Dakar.

Avant même qu’il ne soit incorporé dans l’armée, son père le désigna pour diriger pour la première fois les chants religieux célébrant la naissance du Prophète Muhammad (PSL) durant les années 40. C’était devant tous les dignitaires et notables ainsi que les grands érudits parmi lesquels Doune Pathé NDoye, Mody Thiané Sall mais surtout en présence de Seydina Mandione Lahi frère cadet de Seydina Issa Rouhou Lahi. Ce fut le début du commencement.

En effet, il va diriger d’autres soirées religieuses hors de Dakar. Les exemples foisonnent : Louga, Guéoul, Rufisque au quartier Thiawlène... C’est d’ailleurs dans son fief de Rufisque que Tafsir Ibrahima MBengue va remettre le micro à Baye Abdoulahi comme titulaire au poste d’animateur des soirées religieuses. Il faut dire qu’à l’époque, c’est Tafsir Ibrahima MBengue dont l’érudition et la sainteté étaient bien connues qui était habitué à diriger les veillées religieuses.

Paru en Janvier 2014 dans Waa SOODAAN N°1