Généraalou Diiné ji

Par Sélou Laye BA

Elle a 88 ans. Quand nous l’avons rencontré chez elle, le 19 janvier 2014, elle s’est levé et nous a montré comment elle balançait son corps et ses bras sous le rythme d’un émouvant zikr. Sokhna Maty Libasse a assisté à l’entretien que nous avons eu avec Sokhna Aminata Sène, épouse du frère de son époux. Le sourire aux lèvres de celle que Chérif Abdoulahi a surnommé Généralou Diiné...

Sokhna Maty Libasse

Qui n’a pas entendu Chérif Ousseynou Lahi (RTA), Baye Njine Thiaw, pour ne citer que ceux-là, rendre hommage à cette vaillante sahaba, Sokhna Maty Libasse ?

Pas plus tard que lors des chants religieux organisés à Ngakham, terre d’exil de Seydina Issa Rohou Lahi (PSL), Baye Ndjine Thiaw ibn Chérif Abdoulahi avait déclaré que l’évènement célébré le samedi 14 décembre 2013 rappelait l’engagement que cette dame a eu pendant des décennies, notamment dans la réussite de l’organisation. Quoi de plus normal puisqu’elle avait été choisie par l’actuel Khalif pour s’en occuper.

Et les témoignages sont unanimes. Elle s’en est bien acquittée.

Elhadji Seydina Diop habite la concession des Ndiobènes à Yeumbeul, juste à côté de la grande mosquée layène qui fait face à la maison de Sokhna Maty Libasse. Il est le fils de Abdou Ndiaye Diop petit frère de Seydi Saër qui était l’époux de Sokhna Maty Libasse. Avec fierté, il raconte  que la dame âgée aujourd’hui de 88 ans, est la fille de deux éminentes figures de la communauté : Libasse Sembarga et Sokhna Maguette Wade. « Au regard de ses activités, on peut dire qu’elle est la digne héritière de sa maman. En effet, celle-ci s’est investie de fort belle manière au service de la akhlou lahi », souligne Seydina Diop.

L’implication de Sokhna Maty Libasse dans les activités de la communauté commence très tôt. Selon plusieurs témoignages, les répétitions du dahira avaient lieu chez elle. Seydina Diop soutient, en effet, que « quand Serigne Ablaye a créé les dahiras en 1968, les fidèles de Yeumbeul ont choisi Ya Maty Libasse pour diriger les femmes de Ansaar. Elle répondait toujours présente. La première. En compagnie de Yaye Mbaye Ndiaye et de Sokhna Khary Ndiaye Kébé ».

C’est ainsi que Serigne Ablaye lui confie la gestion du pélerinage de Ngakham où ont lieu chaque année des chants religieux en l’honneur de Baye Mamour Diakhaté, celui-là même chez qui Seydina Issa a vécu pendant trois ans avant de devenir le 1er Khalif de son père, l’Imam Mahdi (PSL) et ce, conformément aux prédictions.

A l’occasion de ces chants religieux de Ngakham, Sokhna Maty Libasse s’occupait de tout. C’est elle qui accueillait les fidèles qui venaient de toutes les contrées du Sénégal. Elle gérait la restauration de même que la boisson de l’ensemble des fidèles présents dans cette localité proche de Tivaouane.

Partout où la communauté se réunissait pour glorifier Allah, elle s’investissait sans compter. Sur un autre plan, Elhadji Seydina Diop de dire que « c’est dans sa maison qu’on organisait les jeunes filles les jeudis pour leur apprendre à chanter avec les Magoum Keur Diongue, Issa Ndiaye et Papa Ndoye.» Ajouter à cela, elle avait la responsabilité des jeunes filles qui passaient la nuit dans les chants religieux.

Sokhna Maty Libasse aimait tellement l’actuel Khalif que celui-ci le lui rendait si bien. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Baye Abdoulahi l’a surnommé « Générale ». C’est dire la complicité qui existait entre les deux.

Quand Chérif Ousseynou Lahi (RTA) venait à Yeumbeul, il séjournait chez Sokhna Maty Libasse, retrouvant du coup son fils aîné, Libasse Diop Maty, qui était en fait son ami. A l’époque, il y avait un dahira avec de célèbres membres comme Papa Ndoye, feu Bara Diop de Confebad, Doudou Ndiaye, Mbaye Cissé, Maodo Ka, Seydina Ndiaye Pathé, Libasse Samb, Babacar Ndiaye, Makha Sembarga qui est de même mère que Sokhna Maty Libasse.

El hadji Seydina DIOP de renchérir que « Chérif suivait ainsi l’exemple de son père qui, de son vivant, venait à Yeumbeul rendre visite à Mame Momar Khary Diop. »

Lors de ces différentes interventions, celui qui fut le porte-parole du Khalif Baye Abdoulahi n’a jamais manqué une occasion pour remercier et demandé que toute l’assistance prie pour Sokhna Maty Libasse « Généralou diiné ji ». C’était notamment le cas lors de la conférence annuelle qu’il présidait au terrain de Yeumbeul.

Paru dans Waa SOODAAN N°2 du mois de mars 2014